publié le 17 juin 2014
Carte prioritaire de la politique de la ville : Bagnolet et Montreuil reconduites dans le dispositif

Le Gouvernement a dévoilé, ce jour, la liste des 1300 quartiers éligibles aux aides spécifiques allouées par l’Etat inscrivant un nouveau critère objectif de sélection : le revenu des habitants, mettant ainsi un terme au saupoudrage, et à l’injustice que constituait le zonage de territoire pourtant considéré comme privilégiés.

Ainsi, la réforme de la géographie d‘intervention de la politique de la ville permettra à 700 communes répondant à ce critère objectif et transparent; dont nos villes de Bagnolet et de Montreuil, reconduites dans ce dispositif, ce dont je me réjouis après des mois d’échanges et de discussion d’abord avec le cabinet de Francois Lamy notamment à Montreuil, puis avec Najat Vallaud Belkacem ministre de la ville; de bénéficier de crédits qui leur permettront de mieux s’attaquer aux inégalités d’emploi, de réussite éducative, de sécurité, d’accès aux soins et à tous les services publics.

Cette nouvelle réforme permettra à la politique de la ville d’être plus efficace et mieux comprise, car une seule carte remplacera les zonages et dispositifs qui s’étaient accumulés depuis vingt ans (ZUS, CUCS, ZRU, ZFU…). Elle permettra également de renforcer la solidarité nationale qui se traduira dans les « contrats de ville » qui engageront tous les acteurs publics et qui seront conclus à l’échelle des agglomérations ou des métropoles. Il s’agira de soutenir de façon renforcée les projets urbains, économiques, sociaux, éducatifs, sanitaires et culturels des territoires concernés. Les priorités seront, entre autres, fixées sur :

–       l’emploi des jeunes, avec un soutien à la création d’entreprises. 400 millions d’euros seront mobilisés pour le développement économique des quartiers concernés ;

–       la sortie des femmes isolées de la pauvreté à travers, notamment, des programmes d’accompagnement et pour l’accueil des enfants ;

–       le cadre de vie des habitants des quartiers concernés par ce dispositif, notamment dans les HLM (ascenseur en panne, parties communes dégradées…) ;

Enfin, 200 quartiers identifiés par l’ANRU comme présentant les dysfonctionnements urbains les plus lourds seront ensuite retenus en septembre 2014 et bénéficieront d’un nouveau programme de rénovation urbaine qui mobilisera 5 milliards d’euros de subvention nationale pour un investissement de près de 20 milliards d’euros sur 2014-2024.

Le fait que nos villes de Montreuil et Bagnolet soient maintenues dans ce dispositif est une chance que nous devons savoir saisir, l’occasion de mobiliser l’investissement public et privé en direction de nos quartiers, ceux qui en ont le plus besoin.