publié le 28 avril 2014
Communiqué de Razzy Hammadi

20131126-192247.jpg

Suite à la lettre du Premier Ministre Manuel Valls que vous pouvez consulter ici : lettre aux_deputes    voici mon communiqué:

 

 

Communiqué de Razzy Hammadi

 

Trajectoire budgétaire : la réunion de groupe demain avec le Premier Ministre sera décisive

Demain, je serai amené à m’exprimer sur le pacte de responsabilité et de solidarité proposé par le Premier Ministre Manuel Valls. Ses dernière déclarations révèlent tout à la fois une prise en compte des exigences parlementaires, l’urgence du nécessaire dialogue avec ces derniers et l’intégration des mesures de justice et de solidarité que nous avons nous-mêmes proposées; s’ajoutent ainsi aux revalorisations des salaires autour du Smic, la protection des petites retraites (jusqu’à 1200 euros de pension), le soutien au pouvoir d’achat des ménages modestes, une clause de revoyure concernant la revalorisation du point d’indice pour les fonctionnaires et l’absence de report du plan pauvreté.

Ces éléments sont encourageants et demandent à être précisés au travers des lois de finances à venir avant l’été. Demeurent désormais deux axes fondamentaux de ce que doit être le redressement dans la justice et sur lesquels j’interrogerais directement, demain, le Premier Ministre.

– Le premier concerne la conditionnalité, le ciblage et l’évaluation des aides aux entreprises, là se situe le chantier prioritaire dont le Parlement doit se saisir afin d’intégrer dans les prochaines lois de finances les critères objectifs répondant à cette évidente exigence.

– Le second consiste à connaître et à engager dans les plus brefs délais les réformes de structures qui, faute d’être sans cesse repoussées, nourrissent injustice et inégalité, endettement et inefficacité. Il s’agit là de quatre politiques publiques majeures dont les résultats à ce jour sont les aveux inavoués de l’échec de la République : notre politique du logement, la formation professionnelle et l’apprentissage, la réforme de l’Etat et la péréquation financière entre territoires riches et territoires pauvres (qui sous-entend que les territoires de la Seine-Saint-Denis contribuent/bénéficient à leur juste capacité), enfin la fiscalité locale devenue dans notre pays un véritable impôt sur les pauvres.

Les 50 milliards d’économies demandés sur trois ans sont un effort important. La vigilance est à la hauteur de la responsabilité qu’est la mienne. Seules les conditions énumérées précédemment peuvent permettre d’envisager le rassemblement et la force qu’exige ce pacte.

Ce sera donc à la suite de notre réunion, demain, avec le Premier Ministre, à la suite des nombreux échanges que j’ai pu avoir cette dernière semaine avec les élus, militants, et citoyens de la circonscription et d’ailleurs, que je rendrai public ma décision