publié le 30 décembre 2013
L’éducation, nous en faisons une priorité : 6000 postes supplémentaires seront créés pour la rentrée 2014

Je tiens à saluer le travail remarquable accompli par Vincent Peillon, Ministre de l’Education Nationale, dans la mise en œuvre de la refondation de l’école de la République. Pour la rentrée 2014, 6000 postes seront créés et répartis de manière plus juste dans le premier degré et le second  degré.

 

Deux critères ont été mis en avant pour assurer une juste répartition : l’évolution démographique des académies et les besoins sociaux. C’est ainsi que l’académie de Créteil, qui cumule le plus de difficultés, se verra dotée de 380 équivalents temps plein pour le premier degré et 233 pour le second. Rappelons que près de 80 000 postes avaient été supprimés par la droite entre 2007 et 2012 et que, la Seine-Saint-Denis, notre département, l’un des plus pauvres et des plus jeunes de France, a été fortement touché par ces suppressions de postes. Aujourd’hui, il nous est possible de répondre à cette injustice et d’offrir à nos enfants les meilleures conditions d’éducation qu’il soit. En 2013, ce sont 150 postes supplémentaires qui ont été créés pour les écoles maternelles en Seine-Saint-Denis et 80 postes pour nos établissements du second degré. A Montreuil, les écoles Anatole France et Henri Wallon ont pu bénéficier de ces créations de postes, avec notamment une classe pour les moins de 3 ans.

 

Pour la rentrée 2014, ces 6 000 postes supplémentaires permettront, dans le premier degré, d’accueillir 38 000 élèves supplémentaires, de poursuivre la mise en place du dispositif « plus de maitres que de classes » dans les zones difficiles, de relancer les RASED ou encore d’accueillir les élèves de moins de trois ans.

 

Pour le second degré, ils permettront l’accueil de 30 000 élèves supplémentaires (collèges et lycées) et de poursuivre le travail engagé pour l’éducation prioritaire.

 

Ces créations de postes sont une nouvelle démonstration de la détermination de la gauche de faire de l’éducation une des grandes réussites de ce quinquennat, pour la seule raison que c’est par la jeunesse que se prépare en grande partie le redressement de notre pays.