publié le 4 avril 2013
Sécurité à Montreuil : une réaction urgente est nécessaire

Député de la 7ème circonscription de Seine-St-Denis, j’alerte avec gravité après maints rappels la municipalité de Montreuil sur l’augmentation substantielle de l’insécurité, des violences et des braquages dont sont victimes les commerçants du boulevard Chanzy, de la place Duclos et de la rue du capitaine Dreyfus. Il ne se passe plus 15 jours depuis plusieurs mois sans qu’un nouvel acte de violence n’intervienne, visant les commerçants de nos quartiers. L’impunité semble petit à petit s’installer. Je demande désormais que des décisions soient prises par la municipalité, conformément à ses propres engagements.

 

Ce mercredi 3 avril, Boulevard Chanzy c’est une nouvelle agression violente avec coups et blessures dont les cibles ont été une commerçante et son livreur, tous les deux hospitalisés. Victime, il y a moins de trois semaines, d’un cambriolage avec infraction, j’avais eu l’occasion de lui rendre visite et de lui témoigner mon soutien. Je lui transmets tous mes vœux de prompt rétablissement et lui exprime toute notre solidarité dans cette nouvelle épreuve.

 

95,8%. C’est, depuis 12 mois, l’augmentation du nombre d’agressions et de cambriolages avérés dont ont été victimes les commerçants et habitants sur le quartier précité. Ce doublement appelle une réaction nécessaire, une action urgente, pour lesquelles des moyens et des dispositifs existent et auxquels je ne cesse d’appeler la municipalité depuis des mois. Celle-ci, sourde à mes appels, et impotente dans ses missions, s’est jusqu’à ce jour refusée à agir: Montreuil est la seule ville de plus de 100 000 habitants qui ne dispose à ce jour d’aucune convention entre police municipale et nationale, faute de volonté, mais peut être aussi de l’absence totale de sérieux autour de cette question de la part de la municipalité.

 

Je renouvelle depuis le mois de juillet mon souhait de voir les conclusions du diagnostic publié au mois de juillet 2011 par la direction de la sécurité de proximité de Seine-Saint-Denis mises en place dans les plus brefs délais, notamment à travers la constitution d’un contrat local de sécurité mettant en relation les commerçants, les services de l’Etat et la Police municipale.

 

Dans ce cadre, les moyens et les effectifs de la police municipale restent aujourd’hui faméliques en comparaison des autres villes de plus 100 000 habitants et au regard des missions qui lui sont attribuées. En dépit de leurs efforts et de leur implication, les effectifs de cette institution demeurent trop peu nombreux, tout comme les initiatives d’aménagement et de gestion urbaine, concernant notamment l’éclairage ou bien encore la sécurisation des voies, afin de limiter ces agressions. Malgré les violences et les cambriolages, aucune entrave à la circulation de véhicules cyclomoteurs ou de mesures supplémentaire d’éclairage public n’a été prise, à titre d’exemple, alors que celles-ci, officiellement préconisées, ne nécessitent que peu de moyens.

 

Face à la gravité de la situation, l’installation d’un système de vidéosurveillance couplé a cet ensemble des mesures de tranquillité publique doit aujourd’hui être considéré comme une des priorités, afin d’offrir aux habitants de ce quartier une forme de dissuasion et un suivi des faits.