publié le 1 août 2012
Gale à Bagnolet: les symptômes de l’insuffisance sanitaires ?

J’ai récemment été interpellé par plusieurs parents d’élèves, au sujet d’une épidémie de gale touchant depuis plusieurs semaines certains établissements de la ville de Bagnolet. Plusieurs cas ont en effet été découverts à l’école maternelle Capsulerie et à l’école Langevin. L’absence de personnel médical qualifié et apte à accompagner les différents responsables pédagogiques dans la prévention et la guérison de cette maladie a été un facteur aggravant de cette situation.

Il aura fallu attendre ce lundi 15 octobre 2012 pour qu’une intervention ait lieu à l’école maternelle Capsulerie. Les démarches nécessaires  pour une intervention en disent long sur l’indispensable reconstruction des services de la Santé et le délaissement de l’Education Nationale par le gouvernement précédent. Combien de rentrées faudra-t-il pour panser les plaies d’une RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) dont le danger éclate au grand jour dans ces écoles ?

En attendant la reconstruction d’un maillage territorial permettant aux plus jeunes de Seine-Saint-Denis d’étudier dans les meilleures conditions, l’urgence nous oblige.  J’ai ainsi interrogé le recteur de l’Académie au sujet de la présence pérenne d’un médecin scolaire sur la ville de Bagnolet, où le travail ne manque pas. Dans cette optique, j’ai également formulé la demande d’un diagnostic sur notre territoire afin que soient pris en compte ses besoins réels. En termes d’Education et de Santé, nul ne saurait transiger sur la protection des plus fragiles.